Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus écologique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 07/04/2016] --- RACINES: Elle s'en est allée en novembre 2016 et je ne m'y fais pas. -- DIPLÔME: En route pour être apprenti géobiologue en mai et maitre Reiki en juillet. ---

22 décembre 2016

Ma mère me cache des choses

Hier soir, en sortant du taf, je me disais que la vie était belle.
Aujourd'hui tout est plus ou moins en équilibre, alors j'ai profité de l'instant.
Je monte dans la Rolls qui approche de ses seize milles kilomètres
et prend la route en direction du nid ou je vais retrouver Madame Fredo.
Vie de merde paisible.

En ce moment, sur mon trajet, il y a pas mal de travaux.
Alors, je suis contraint de me dérouter un peu, mais c'est pas si grave.

Je dois passer par des petites routes de ville
ou il peut tout juste se croiser deux métalosaures.
Me voici rendu à un croisement et T.
J'arrive au bout de la barre de T.
Je regarde à droite: des phares de voitures au loin.
Je regarde à gauche, pas de voiture. J'ai le temps.
J'appuie sur les pédales.

Au moment de traverser, je me rends compte que les feux de voitures
sont pratiquement sur moi.
Je ne pensais pas qu'on pouvait rouler si vite à cet endroit là.
J'ai droit à des appels de phares. Bon.
Puis le métalosaure me double en poussant un cri de rage. Bon.
Un de ses congénères arrivait en face, mais ce n'était pas son problème.
La bête se rabat devant moi et s'arrête au stop.
Tout ça pour ça.
Il tourne à gauche, moi à droite, fin de l'alerte.....
à moins que.

Je me hisse au niveau de le rutilant métalosaure de l'espèce des mercos.
Et j'entends un truc du style: "Tu as le droit de rouler sur la route avec ta merde?".
Ce à quoi je réponds avec délicatesse:
"Et toi, tu en est content de ta merde?".

Je tourne.
Le monstre se dévie de sa trajectoire, me course sur...
bien une centaine de mètres.
T'imagine une grosse merco prendre en chasse un vélo.....
Il me double et se met en travers devant moi.
Comme dans les films, quand les flics arrêtent des malfaiteurs.

Je me hisse à son niveau en me préparant à un échange verbal musclé.
Mais le métalosaure à un cerveau. Enfin cerveau c'est vite dit.

Voilà que le cerveau saute de son compagnon d'acier: "Aller vient maintenant, on va s'expliquer".

Imagine que moi je suis à un mètre au dessus du niveau de la mer
et lui debout très proche, et bien au dessus de moi.

Ce à quoi je réponds: "Tu veux qu'on explique quoi?"

Et là il a vomit.
Vomit en bousculant la pauvre Rolls déboussolée, en rapprochant son visage du mien.

Il en voulait à ma douce maman.
Il voulait lui faire l'amour, ou que moi je lui fasse l'amour.
Il affirmait que ma maman était une fille de joie dont j'étais le fils.
Il ajoutait que je l'avais insulté.
Que c'était pas bien de lui avoir coupé la route.
(Oulala nan. C'est pas bien)
Ben oui tu penses, il fallait qu'il use ses disques de frein tout neuf en carbone j'imagine.

Il a ajouté que je faisais trop le malin.
C'est sur. En moule burnes dans un bobsleigh à pédale, y'a de quoi se la péter.

Tout pendant ce temps là, moi, je suis resté calme.
Et c'est là que je me suis surpris.
D'habitude, des tremblements m'envahissennt
et j'attends le premier coup pour ouvrir les vannes.

Pendant que Monsieur Cerveau
(je mets des majuscules parce que ça mérite quand même le respect. Si si)
éructait des compliments sur ma famille,
je tentais de lui faire comprendre, avec une voie calme et poséïï (comme disent les d'jeun's),
que je ne comprenais pas pourquoi il se mettait dans dans cet état là?
Que ça ne servait vraiment à rien.
Que de plus il proposait un spectacle lamentable à tous les badauds qui étaient sur le trottoir.

Ça a durer le temps d'un feu rouge.
Un feu rouge, un orage.
Je m'attendais à être renversé avec la Rolls, ou perdre mes six milles euros de dents,
mais le mec a fini par remonter dans son engin et décoller comme si de rien n'était.

Le comble, c'est que je n'ai eu peur à aucun moment.
J'avais la sensation d'être au spectacle.
Spectacle ou j'étais quand même un peu acteur.
En reprenant la route, je me disais que ça ne devait pas être facile de vivre comme ça.
A s'emporter pour un rien. Pour un vélo qui a mal jugé une distance,
ou plutôt la vitesse de déplacement excessive.

Il n'empèche que le moment de quiétude dont j'avais pris conscience
au sortir du bureau à bien failli se terminer en quenouille.

Posté par Thygo à 13:32 - Le fil de l'eau - Commentaires [ 12] - Permalien [ #]
Tags : , , ,

Commentaires sur Ma mère me cache des choses

    "C'est sur. En moule burnes dans un bobsleigh à pédale, y'a de quoi se la péter."... j'adore !!!

    Posté par Nostradamiss, 22 décembre 2016 à 14:08 | | Répondre
    • J'ai oublié la touche "tête de bi.e" avec le bonnet "prêt de corps" qui va bien.

      Posté par Thygo, 22 décembre 2016 à 17:17 | | Répondre
  • Effectivement...
    En plus de subir tout ça moi-même quotidiennement, je reçois ou lis de plus en plus de témoignages de cyclistes qui subissent aussi les dépassements dangereux, les refus de priorité, les insultes (voir plus), les réprimandes, etc d'automobilistes (même et surtout quand ce sont eux qui sont en tord)
    Thygo, même si tu as la chance de rouler dans un véhicule qui est peut-être moins sujet (en tout cas moins souvent) à ce genre de comportement (disons qu'il inspire peut-être ce soupçon de curiosité qui incite un peu plus au respect prudent qu'à l'indifférence ou la haine), tu dirais que ça t'arrive plus souvent qu'auparavant ou autant ?

    Posté par Florent, 22 décembre 2016 à 14:58 | | Répondre
    • Pour tout dire, Florent, c'est la première fois que j'ai ce genre d'altercation. La plupart du temps, je vois plus de sourire, un peu de moquerie ou des interrogation que ce genre de truc. En règle générale, les gens pensent que c'est une voiture électrique. Je fais parti du troupeau. J'en ai tous les codes (Carapace, klaxon, rétro, cligno). Il arrive qu'un excité me double et se rabat tout de suite après, parce qu'il vient s'écraser aux feux ou dans la voiture de devant. Il y a vraiment une différence entre rouler avec un vélo ordinaire et rouler en vélomobile. C'est très net.

      Posté par Thygo, 22 décembre 2016 à 17:22 | | Répondre
  • Tu m'impressionne d'être resté aussi zen ! mais il vaut mieux avec ce genre de type, une parole de ta part et il sortait un couteau ou un gun donc très bonne réaction de ta part, bravo !!
    Passez de bonnes fêtes.
    Bisous

    Posté par Chantal, 22 décembre 2016 à 16:46 | | Répondre
    • C'est mon chemin en fait. C'est là que je vois que les efforts payent. Le yoga, la méditation et le Reiki me permettent d'en arriver là. Il fut un temps ou j'aurais voulu gueuler plus fort que mon hôte. On se rend vite compte que ça ne fait qu'envenimer les choses. Alors que là, il n'avait pas d'os à ronger.

      Posté par Thygo, 22 décembre 2016 à 17:18 | | Répondre
      • Je t'envie de maîtriser aussi bien ton adrénaline !

        Posté par Florent, 22 décembre 2016 à 17:19 | | Répondre
        • Ça se travail. Vraiment. Trois ans de yoga, deux ans de méditation. L'age aussi peut être un peu. Au final tu arrives à prendre plus de recul sur des rencontre un peu chaude.

          Posté par Thygo, 22 décembre 2016 à 17:24 | | Répondre
  • C'est peut être con mais moi dans tout ça y a un truc qui passe pas du tout du tout...

    Posté par Fillette, 23 décembre 2016 à 13:22 | | Répondre
    • Je vois de quoi tu parles. Je dois dire que j'ai quand même un peu frémi à ce moment là, mais vraiment, à quoi bon.

      Posté par Thygo, 23 décembre 2016 à 14:24 | | Répondre
  • C'est con mais même avec tout les efforts du monde y a un truc que j'arrive pas a accepté.

    Posté par Fillette, 23 décembre 2016 à 13:23 | | Répondre
  • Et bien, tu as eu de la chance qu'il arrive à se calmer face à ton propre calme. Tu as eu en effet le bon comportement. J'ai assisté à une altercation l'autre jour entre deux hommes dans un magasin; le premier râlait après la caissière parce qu'il n'avait pas que ça à faire ! le second a voulu prendre la défense de la caissière qui n'y était pour rien vu que c'était la machine qui ne fonctionnait pas . j'ai bien cru qu'ils allaient se taper dessus et finalement le second qui voulait défendre la caissière a fait pire que mieux, ils se sont insultés, menacés de se taper, le second disait au premier de le faire qu'il était invalide qu'on verrait bien et qu'il y avait la gendarmerie juste à côté et assez de témoins. Au final, j'ai trouvé que les deux étaient aussi cons l'un que l'autre ! Surtout que le deuxième était certainement raciste ! C'est une caissière d'un certain âge avec son serre-tête de Noël qui s'est interposée sans parler entre les deux énervés et elle a réussi à les calmer ....Tu imagines le tableau ! Un mec rasé, une dame aux cheveux gris avec des petits rennes sur la tête et un gros beauf !

    En tout cas contente que tout se soit bien terminé pour toi !

    Posté par Vi revolte, 25 décembre 2016 à 14:26 | | Répondre
Nouveau commentaire