Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus écologique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 22/10/2017] --- MINIBOITE: Le reiki, la géobiologie, la bioénergétique: Et pourquoi pas en faire une petite activité? ---

22 octobre 2017

La maison

Nous sommes en juillet.
Je suis petit. Moins de quatorze ans.
Peut être dix.
Il fait beau.
Je suis très peu vêtu.
Des sandales aux pieds.

Dehors, devant la véranda, elle tricote.
Elle prend le soleil.
Paisible.

J'habite dans la maison juste à côté, dans la même cours.
Les deux maisons font un L.

Mes parents travaillent.
Je suis là.
Libre.
Libre de faire tout ce que je veux tant que sa voix ne retentit pas.

Je suis heureux.
A l'époque je ne le sais pas.

J'ai fini mon énième rond de vélo sur la partie en terre.
J'aime bien faire du vélo.
Des fois je fais des dérapages.
Ça fait lever la terre sèche, comme si j'avais fait une super glissade.

Tout à l'heure, je m'asseyais sur ma planche de skate board jaune
et je me laissais aller dans la descente
jusque taper dans le portail en bas de la pente

J'aime bien cette pente. On peut faire plein de truc.

Hier, avec mon cousin, on jouait au foot.
Lui était en bas, et moi en haut.
C'est pas très juste.
Les cages sont plus hautes en haut.
Et puis lui, il fait du foot, alors bon, ça compte pas.

Aujourd'hui, le ballon est confisqué.
Il est trop allé dans les fleurs, ou trop tapé 
dans les carreaux de la véranda qu'on a déjà cassé une fois. 
Alors, elle est sortie et nous a pris le ballon en nous criant dessus.
Celui là on ne le reverra sûrement pas.
Et puis quand elle ne nous les confisque pas,
ils vont se crever contre les rosiers.
Mais il y en aura d'autre.

Je sais que c'est l'heure du tour de France.
J'aime bien le tour de France.
Chez "Marraine" (C'est comme ça qu'on l'appelle tous.),
il y a un canapé juste devant la télé.
C'est trop cool. 
On est super bien pour regarder
la grosse télé qui prend toute la place.

Je m'installe sur le canapé.
Je tire le rideau de la fenêtre juste à coté pour pas que ça brille.
Tout est calme.
On entend bien le tic tac de l'horloge, mais c'est calme.
A l'intérieur de cette grosse maison, l'été, il fait bon.
Je suis captivé par la course.
Je ne retiens pas vraiment le nom des coureurs mais j'aime bien.
Je me souviens de Joop Zoetemelk, Bernard Hinault, Bernard Thévenet
Robert Alban aussi: Lui, il était de chez moi.
C'était pas le plus fort, mais je l'aimais bien.

Et les étés s'étiraient comme ça, au fil des levés et couchés de soleil,
des cousins qui venaient parfois passer du temps dans la maison,
sous les yeux bienveillants de cette femme qui nous a toutes
et tous un peu gardé et élevé sous sa dureté apparente.

Dans cette maison. 

Maison aujourd'hui inhabitée, puisqu'elle s'en est allée.
Maison qui va nous quitter, un jour.
Qui va me quitter un jour.

Posté par Thygo à 18:09 - Le fil de l'eau - Commentaires [ 2] - Permalien [ #]
Tags :

Commentaires sur La maison

    Les bons souvenirs ne doivent pas être regrettés. Ils doivent juste rester en mémoire, comme ça elle ne disparaîtra pas et la maison non plus d'ailleurs, elles resteront dans ton cœur. On m'a dit un jour qu'on ne meurt que lorsque plus personne ne pense à nous .

    Posté par Vi revolte, 22 octobre 2017 à 20:04 | | Répondre
    • C'est sans doute vrai.

      Posté par Thygo, 23 octobre 2017 à 15:05 | | Répondre
Nouveau commentaire