Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus écologique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 07/04/2016] --- RACINES: Elle s'en est allée en novembre 2016 et je ne m'y fais pas. -- DIPLÔME: En route pour être apprenti géobiologue en mai et maitre Reiki en juillet. ---

23 juin 2015

108 Salutations au soleil

D'abords, tu vas me demander ce qu'est une salutation au soleil.
Si tu fais pas ça c'est que tu es un yogi.

C'est un truc du yoga.
En fait, c'est un enchainement de postures qui ont pour but
de faire du bien à ton petit corps tout mou.
Et puis aussi, à ton esprit si t'en a un.
Mais ça c'est une autre histoire.

Et puis tu vas ajouter: Mais pourquoi faire???

Je te raconte mon histoire et je te réponds à la fin.

Donc, ce dimanche matin,
il est entre sept heure trente et huit heure,
je chevauche allégrement mon fidèle petit destrier pliant
pour me rendre au parc de la tête d'or.
Le parc de la tête d'or le dimanche matin, c'est juste génial.
C'est calme. Il fait bon. Je m'y sens bien.
Je me dis que je devrais être moins feignant
et que je devrais m'y rendre plus souvent.
Je faisais ça quand je courris.
Mais ça c'était avant le drame du genou.

En passant devant la roseraie,
je te fais une petite photo rien que pour toi.

Yoga01

A ce moment là, je ne sais pas si je vais participer.
Je voulais au moins voir et me balader dans le parc si je ne participais pas.

Me voici arrivé devant l'hypothétique endroit
ou doit se dérouler la première activité de la première
journée international du yoga, décidé par l'onu. Ça claque non?

Yoga02

J'attends un peu.
Il fait bon.
Tout est calme et ça sent bon.
Je me sens bien.
Et puis voilà un groupe de personne avec une petite estrade et un gars en turban.
Il y a peu de doute sur l'intention de ces personnes.
Je m'approche.
C'est bien là.

Nous nous installons sur nos tapis,
en cercle autour du Monsieur Turban.
Nous sommes une petite trentaine de participant en majorité des femmes.
Franchement, a ce moment là, je me demande bien ce que je fous là.
Mais bon.
Il y a un moment que je voulais faire un peu de yoga dans
un endroit sympathique alors maintenant, j'y suis, j'y reste.

On nous explique le déroulement de la séance.
On nous montre la salutation.
C'est pas la même que la mienne.
La leur est moins complète.
Peu importe.
J'aime bien mon enchaînement.
Je ne dérogerai pas.

Et c'est parti.
Une prof de yoga fait en même temps que nous et compte à chaque fois.
La cadence est un peu trop rapide pour moi,
parce que je fais des mouvements en plus et puis je suis loin d'être prof.

Les trente premières salutations se passent bien.
Je commence à suer à grosses gouttes.
Mais je tiens.

Nous voici à la cinquantaine.
Je sens mon corps être un peu plus souple.
L'enchaînement passe bien, mais la cadence est rude.
J'ai pu attraper à la volé un krama pour m'éponger le front.
Je ne pense plus.
J'écoute le comptage et tente de ne pas me laisser distancer.
Je ne change rien à mon enchaînement.
Je ne veux pas.
J'aime faire la salutation au soleil.
J'ai aimé ça dés le début.

Soixante dix.
J'ai les yeux fermé.
Le cerveau sur off.
Je me laisse porter.
Mon corps n'a plus besoin de moi pour bosser.
C'est une sensation très étrange.
J'ai juste un peu mal au bras.

J'arrange la partie de l'enchaînement qui sollicite mes bras, pour les soulager.
Je gagne en temps d'exécution et arrive dans les temps, enfin.
En fait, les instigateurs de cette activité ne pratique pas le même yoga que moi.
Le leur parait plus péchu.
Mais peu importe.

Quatre vingts.
Je souffre.
Je transpire et n'arrive pas à garder
le rythme respiratoire demandé.

Quatre vingt dix.
Ma seule pensée est de ne pas lâcher maintenant.
Ce serait dommage.
Finalement, je participe à la première journée internationale du yoga
et je risque même d'atteindre le but des cent huit salutations.

Quatre vingt dix huit.
Plus que dix.
Je sens mon corps très souple.
Je me demande à chaque poussée sur mes bras tremblants
si ils vont tenir jusqu'a cent huit.
T'avoueras que ce serait dommage d'échouer si prêt du but.

Cent huit.
Je suis heureux de l'avoir fait.
On dit que pour faire du yoga il faut laisser son ego de coté, mais merde,
je l'ai fait et mon petit ego est vachement content.

Yoga03

 Notre maître de cérémonie
(moi aussi je ne suis pas fan de son accoutrement,
mais finalement ce mec est super sympa pour
avoir discuter un peu avec lui avant de partir.)
nous accompagne pour la redescente.
Après l'effort quoi.
Nous nous posons sur le dos et respirons tranquille.

Donc tu as une trentaine de gugus couchés parterre écoutant
un gars déguisé en fakir, qui te passe des musiques cheloutes. 

Toutes celles et ceux qui m'entourent ne sont pas comme lui.
Certain(e)s sont pas mal atteint(e)s quand même.
L'une d'elle m'a affirmé qu'a un moment, elle s'est retrouvé en inde.
Bon. Euh. Admettons.

J'avoue que le côté spirituel de l'affaire me fait un peu peur malgrés tout.
Je ne recherche pas ça, moi, dans le yoga.
Je veux juste une activité physique qui m'apporte du bien être et c'est le cas.
De la à finir avec un turban sur la tête,
j'en suis loin et je pense que ça ne m'irait pas au teint.

Namaste.

Aller. Je rentre, y'a auto moto là.

Posté par Thygo à 08:00 - Bien être - Commentaires [ 2] - Permalien [ #]
Tags : , ,

Commentaires sur 108 Salutations au soleil

    Je me demande si elles ont une utilité ces journées internationales dédiées aux défavorisés.

    Posté par Cristophe, 23 juin 2015 à 14:04 | | Répondre
    • Je ne me pose pas cette question là. C'était pour moi une proposition de pratiquer le yoga avec d'autre et dans un endroit très sympa. Pour le reste...

      Posté par Thygo, 23 juin 2015 à 14:31 | | Répondre
Nouveau commentaire