Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus ésotérique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 05/04/2018] --- MINIBOITE: TerraCiel existe depuis le debut de l'année (clique là pour en savoir plus). C'est ma miniboite officiel --- Le fil de l'eau change d'orientation. Il devient un peu plus "perché", mais avec les pieds sur terre quand même

14 août 2014

Et si on vendait la voiture?

L'idée nous trotte dans la tête.
Aujourd'hui nous sommes propriétaire d'une clio.
Vieille Clio, payée et en bon état.

Quand nous nous sommes installés ensemble avec Madame Fredo,
nous avons vendu nos deux voitures pour n'en acheter plus qu'une.
C'était déjà une étape intéressante.

Nous avions acheté cette voiture,
d'abord parce que c'est comme ça,
un couple normalement constitué a sa voiture.
C'est dans les moeurs.
Nos parents avaient une voiture, nous avons une voiture.

Et puis, Madame Fredo a un parcours cahotique
pour se rendre au travail chaque jour.
Métro, train, bus.
Quand tout ça va bien, tout va bien.
Quand il y a une fausse note, il faut un plan B.
Le plan B, en ce qui concerne ce déplacement, c'est la voiture.
Nous avons une voiture au cas ou.
Bilan de deux années de voiture personnelle: 10000km sur deux ans.
5000km pour l'année.

La question se pose donc, d'autant plus que Madame Fredo
migre à la rentrée vers une place qui ne nécessite plus de voiture.

Mes parcours pendulaire à moi se font à bord
de la Rolls par tous les temps.

Reste pour moi, à gérer, les astreintes professionnelles qui peuvent
nécessiter une voiture sur un claquement de doigt et en pleine nuit.

Voilà, aujourd'hui, l'argument principal qui fait
que nous n'arrivons pas à prendre LA décision ultime:
Ne plus posséder de voiture.

"Au cas ou": Voilà l'argument premier qui fait
que beaucoup ne se sépare pas de leur voiture.
Des "au cas ou" il y en a des tonnes.

Le second argument qui revient souvent, c'est:
"Et pour les courses? Tu fais comment pour les courses?"

Comme si le seul moyen de recharger sont frigo amer Ricain
(Attention, jeux de mots)
était l'incontournable coffre de la voiture,
gavé de marchandises (au tiers inutiles)
quéris dans un des multiples temples de la consommation.
Ils ont bien bossé l'inconscient collectif ceux là.
Chapeau les gars.

Alors.
Pour nous, les courses, c'est plié: pas besoin de voiture.
Il y a Cosette, le mammouth, le marché, l'amap et un peu 
de drive en vélomobile pour les choses sans intérêt gustative.

Il reste le "Au cas ou".
Nous y travaillons.

Je sens bien que nous glissons doucement vers cette solution.
Tout est possible.
Il suffit de s'en donner les moyens.
J'avoue que la perspective de ne plus être complètement
tributaire du lobbie automobile m'exite grandement.

Posté par Thygo à 13:49 - Econologie - Commentaires [ 3] - Permalien [ #]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Et si on vendait la voiture?

    C'est bien de pouvoir se poser cette question !
    Pour moi, pas moyen de faire sans voiture, la dure loi de la campagne !
    Je fais tout de même de moins en moins de km par an, mais je frôle presque le double de vous !
    Sinon, au cas où, il y a toujours la location, non ?
    Vivement

    Posté par emfantelle, 14 août 2014 à 17:32 | | Répondre
  • La question ne se pose pas (encore) chez nous. Puisque le boulot impose le véhicule personnel. Pas entre mon nid douillet et mon bureau glacial, mais entre mon bureau glacial et mes clients paumés (enfin, qu'on soit clair : ils ne sont pas perdus, ils HABITENT des coins perdus)... Mais la nouvelle politique de réduction des frais de déplacement va probablement aboutir à un parc de véhicule (les véhicules affecté devraient arriver d'ici la fin d'année). lors restera le "au cas où", mais un "au cas où" bien pervers, car lié à l'activité professionnel, le "au cas où'" pas de véhicule libre service dispo... parce que pour le "au cas où" du quotidien, il y a la location. Et si je suis capable de prostituer Robert, je serais bien capable de me trouver un compagnon de route taillé à mes envies... Enfin, pour le "au cas où" quotidien vers chez toi il y a de quoi faire : https://www.drivy.com/search?utf8=%E2%9C%93&latitude=45.771944&longitude=4.89017089999993&is_city=true&area=Villeurbanne&address=Villeurbanne%2C+France&start_date=&start_time=&end_date=&end_time=
    Après, reste la gestion de la différence... c'est tellement ancré (sauf peut-être à Paris), d'être propriétaire d'un métalausore... que c'est tellement ancré dans nos esprits (et finalement, depuis relativement peu de temps), que c'est compliqué de s'en séparer...
    Après, tu dis que cela représente 5000 km/ an. Mais la question est de savoir aussi à quelle fréquence (1/semaine ou 2/mois c'est pas la même chose), et combien de fois "au dépourvu, sans anticipation, et sans solution de replis"...

    Posté par Nostradamiss, 14 août 2014 à 20:32 | | Répondre
  • Si la réflexion va au bout, je dit : PREUMMMMSSSSSSS !!!!!!! ^^

    Posté par le cigogneau, 16 août 2014 à 14:20 | | Répondre
Nouveau commentaire