Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus ésotérique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 23/02/2020] --- GREAT NEWS: I'm back !

25 septembre 2012

Flèzz Bleue et la farine (Suite...)

Pour bien être au courant de quoi je parle, il faut que tu ais lu ça.

Il est dix sept heure passée.
Je suis en tenu de cycliste et je m'installe dans mon vélo.
Je me dirige vers la barrière de la société.
Au début, je passais dessous.
Maintenant, c'est plus possible, depuis que j'ai installé un fanion.

Je badge. La barrière se lève.
Et c'est parti.
Je pars à la découverte d'un nouveau trajet avec Flèzz Bleue.
Je ne suis pas paisible.
Je ne sais pas si je vais pouvoir faire le trajet.
J'ai commandé les dix kilos de farine ce matin en informant
le meunier que j'allais venir avec un nouveau véhicule.
Il me connaît. Il m'a déjà vu, en voiture, en moto et en vélo couché.

Je passe devant la gare.
Le vélo glisse sur le bitume, comme à son habitude.
Ça y'est. J'attaque la montée.
Elle n'est pas très dure, mais elle est longue et
je ne suis pas trop habitué à ce genre d'exercice.
Dés le début, je force.

Petit à petit je descends les vitesses,
jusqu'a me retrouver à bout de force.
Je tente de faire sauter la chaine d'un plateau à l'autre avec les pieds.
La chaîne a bien quitté le grand plateau,
mais rate son atterrissage et finit sur le pédalier.

En pleine grimpette, je me retrouve à l'arrêt.
Grrrrr.
J'ai envie de faire demi-tour.
D'aucun disent que je suis borné et, sur ce coup là, j'insiste.
J'installe la chaîne sur le petit plateau à la main.
Je me salis les mains. J'ai horreur de ça.
Saleté de vélo.

Je remonte dans ma bête.
Je recommence à pédaler.
Ça le fait.
Le problème est que je me suis flambé dés le début
et que j'ai de plus en plus de mal à pédaler.
Les jambes me font mal. Je sens mes forces s'amenuiser.
Le vélomobile en montée, c'est pas fait pour.

J'arrive enfin en haut de cette interminable côte.
Le reste n'est que descente.
Là, c'est le kiffe, mais il faut rester vigilant.
Les freins à tambours de la bête ne sont pas
super efficaces et il faut anticiper le freinage.

J'arrive dans la cours de la minoterie.
J'ai un comité d'accueil.
La maman du meunier, le fréro, les enfants.
J'ai l'impression que j'étais attendu.
Tout le monde a le sourire et, rien que pour ça,
je suis content d'avoir un vélomobile.
Ce véhicule est un distributeur de sourires.

Les enfants s'agglutinent autour.
Les grands posent un tas de questions.
Pendant ce temps, je charge mes dix kilos de farine.
Le meunier est tellement curieux, qu'il en oublie de me faire payer.
Il a fallu que je lui rappelle.

Je connais le chemin du retour.
Je n'arriverai pas à gravir les côtes avec Flèzz Bleue.
Je demande aux deux frangins un parcours plus calme.
Il m'en indique un.

Je salue tout le beau monde et je remonte dans mon fidèle coursier.
Je recherche le parcours indiqué.
Je le trouve.
C'est un vrai plaisir.
Il y a une toute petite montée gravie facilement.
Ensuite, c'est que de la descente douce.
J'ai l'impression d'avoir un moteur.
Je me glisse dans la circulation sans problème.
Je finis sur une petite route connue.
Elle est très roulante et est équipée de bandes cyclables.
Je roule à quarante cinq kilomètres à l'heure.
Je pourrais aller plus vite, mais le petit plateau ne me le permet pas.
Il faudrait que je passe sur le grand, mais tant pis.
Cette vitesse me convient et je n'entends pratiquement
pas le bruit de la transmission, ce qui n'est pas le cas sur l'autre plateau
et rend le vélomobile encore plus agréable a conduire.

Je parcours une quinzaine de kilomètre à plus
de trente deux kilomètres heure de moyenne.
J'ai bien senti les dix kilos de surpoids farineuse,
mais sur le plat, ça ne pose pas trop de problème.

En conclusion, pour cet exercice aussi, je peux me passer de ma voiture.
Je ne pensais pas que ça pouvait être possible.

Ma vieille auto trone sur le parking
depuis trop de temps sans avoir roulé.
J'ai bien débranché la batterie, mais une voiture
ça s'abime aussi quand on ne s'en sert pas.

Il va falloir prendre "la" décision assez rapidement.

 

Posté par Thygo à 08:05 - Commentaires [ 8] - Permalien [ #]
Tags : , , , ,

Commentaires sur Flèzz Bleue et la farine (Suite...)

  • Juste un mot : " BRAVO !"
    Tu sais que quelque part tu me donnes du courage ! Grace à toi, j'ai pris seulement une fois la voiture ces jours-ci pour aller travailler, j'ai décidé que je passerai entre les gouttes et ça a marché, même pas une averse sur le dos !

    Posté par vivement, 25 septembre 2012 à 19:13 | | Répondre
  • La décision ?

    On parle bien de LA décision. Si c'est bien celle la, chapeau. Vendre son véhicule pour ne plus utiliser que le vélo, c'est l'aboutissement de tous vélo tafeur

    Chapeau

    Posté par Langue de perdri, 25 septembre 2012 à 22:12 | | Répondre
  • @Vivement: Par expérience, je sais que je fais très peu de trajet sous la pluie. On peut penser qu'avec tous les jours de pluie dans l'année, se déplacer à vélo c'est souvent se déplacer mouillé, ce qui est loin d'être le cas. Et puis, les jours de pluie, on est pas obligé non plus de faire du vélo. Je suis heureux de savoir que je fais parti d'une de tes motivation pour moins utiliser la voiture. C'est loin d'être simple, alors, je dis bravo.

    @Langue: Je n'arrive pas encore à prendre LA décision. Je tente d'utiliser le moins possible ma voiture, mais je ne suis pas encore capable de m'en séparer. Encore que, bientôt, ma compagne et moi allons vivre sous le même toit. Alors de deux voitures nous passerons à une. C'est déjà pas si mal.

    Posté par Thygo, 26 septembre 2012 à 08:05 | | Répondre
  • j'aimerai bien pouvoir la prendre, LA décision, mais maleurheuseument, mon employeur risque fort de ne pas être d'accord... et j'imagine mal la tête de mes clients si je débarque en vélomobile... Enfin, si un jour on me trouve une solution (véhicule de service, auto-partage...) pour assurer mes déplacements pro, je met en vente Titine sans aucun regret, et je louerai un véhicule pour mes besoins perso, adaptés à mes besoins perso...
    En tout cas, toujours aussi sympathique de lire les aventures des différents deux-roues qui partagent ta vie !!

    Posté par sev, 26 septembre 2012 à 21:09 | | Répondre
  • ...

    Je te déconseille de venir en Corrèze en vélomobile, le relief n'est pas fait pour. d

    Posté par Cristophe, 26 septembre 2012 à 23:02 | | Répondre
  • @Sev: Il n'y a pas à discuter lorsqu'on a besoin de son véhicule pour des raisons professionnelles. Tu auras compris que je ne parle que pour moi. Tout le monde n'a pas la possibilité de se passer de voiture. J'en suis tout à fait conscient et je ne rejette pas çà. Heureux que tu prennes un peu de plaisir à la lecture de mes élucubrations.

    @Cristophe: Je te rassure. Je n'ai pas l'intention d'aller jusque là.

    Posté par Thygo, 27 septembre 2012 à 12:43 | | Répondre
  • Alors ça :
    "je suis content d'avoir un vélomobile.
    Ce véhicule est un distributeur de sourires."
    J'adooooooore !

    Bravo !
    Bon tu livres pas la farine sur Roissy des fois ?

    Posté par BIBOUNETTE, 27 septembre 2012 à 14:27 | | Répondre
  • Et...tu sais quoi ? J'ai encore reussi à passer entre les gouttes aujourd'hui ! Youhou !! Mes collègues commencent à me prendre pour une folle ! Elles me demandent si ma voiture est en panne et quand je leur réponds que non, c'est juste par ce que j'ai envie de faire du vélo, elles me regardent étrangement ...

    Posté par vivement, 27 septembre 2012 à 19:07 | | Répondre
Nouveau commentaire