Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus ésotérique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 05/04/2018] --- MINIBOITE: TerraCiel existe depuis le debut de l'année (clique là pour en savoir plus). C'est ma miniboite officiel --- Le fil de l'eau change d'orientation. Il devient un peu plus "perché", mais avec les pieds sur terre quand même

14 août 2012

La traversée du désert... Corse (suite et fin)

Si t'as raté l'épisode d'avant...

Si t'es là, hors d'haleine, c'est que tu es pressé de savoir si
nous avons été jusqu'au bout de cette fameuse piste?

Et puis, arrête de faire la gueule. 
Un peu de suspens, même insoutenable,
n'a jamais fait de mal à personne.

Finalement, nous remontons sur la vaillante chouette.
J'imagine avoir acquit l'expérience suffisante sur
ces premiers kilomètres pour finir sans encombre.

Nous touchons notre but sans tomber,
mais ça a été sportif et la chouette en a bavé.

Un camping apparaît au bout du chemin.
Je propose à Madame Fredo d'aller manger un bout.
Avec les chamboulements de la journée, il est trois heure
de l'après midi et nous n'avons rien dans le ventre.

Nous pénétrons dans le bar du camping.
Derrière le bar, se tient une petite femme, un peu sèche, la quarantaine passé.
Nous commandons des sandwichs et un verre de rosé.
Verre de rosé qui va nous remettre un peu de sang dans le corps.

Avant de nous installer au frais sous la tonnelle,
je demande à notre hote la route, la vraie route, pour rentrer tout à l'heure.
Elle retient un fou rire et m'annonce avec un sourire amusé
qu'i'l n'y en a qu'une et que c'est celle que nous venons d'emprunter.

Je blémis.
Je ne me sens pas le courage de faire le parcours inverse.
Ça amuse vraiment mon interlocutrice.
Elle nous remonte le moral en nous conseillant
de profiter le la plage et de voir après.

C'est ce que nous avons fait.
La plage est très belle: sable fin et eau azure.
Nous en profitons un peu plus d'une heure.

Il faut rentrer.

Nous voyons arriver un scooter.
Emprunter ce sentier est naturel pour tout le monde sauf pour nous.

Au retour, ça sera plus simple.
Ça monte essentiellement.
Est-ce l'habitude prise ou le fait de savoir ce qui nous attend?
Les douze kilomètres ont été parcouru sans encombre.
Difficilement quand même, mais sans encombre.
Nous avons croisé une 125 cm3, une harley davidson super basse et une mini.
Le pilote de la harley nous avouera avoir touché quelques fois.
Dommage pour les chromes.

C'est fait.
On ne le fera plus.
La chouette est couverte de terre et de poussière.
C'est vraiment une moto à tout faire.
Elle a mérité une bonne douche et un bon graissage pour reprendre la route demain.
Les passagers aussi d'ailleurs.

 

Posté par Thygo à 09:00 - Commentaires [ 3] - Permalien [ #]
Tags : , ,

Commentaires sur La traversée du désert... Corse (suite et fin)

    C'était donc un genre de bizutage corse ! ;D
    Elle a doit bien en rire encore, la dame ! Elle va la raconter à sa famille celle-là !

    Posté par vivement, 14 août 2012 à 12:21 | | Répondre
  • @Vivement: Je pense que cette personne doit croisé un paquet d'hurluberlu comme moi. Mais j'ai encore en tête son rictus qui, aujourd'hui, m'amuse.

    Posté par Thygo, 14 août 2012 à 12:31 | | Répondre
  • ?

    Les passagers avaient aussi besoin d'un graissage ???

    Posté par Cristophe, 17 août 2012 à 18:46 | | Répondre
Nouveau commentaire