Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus écologique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 22/10/2017] --- MINIBOITE: Le reiki, la géobiologie, la bioénergétique: Et pourquoi pas en faire une petite activité? ---

11 août 2012

La traversée du désert... Corse (suite...)

Si vous en avez manqué un bout...

La surprise est que la route qui mène
à la plage de Saleccia est une piste défoncée !!??

Nous serions nous encore trompé ??

J'engage un demi tour acrobatique, quand arrive une moto,
avec deux personnes dessus, 
(en short et t-shirt, bien entendu.
A croire que c'est le sport national ici de rouler à moto en tenu légère).

Je leur demande si c'est le bon chemin.
Je comprends que oui.
Ils sont italien.
Je leur demande si la piste est comme ça tout le long.
Ils ne comprennent pas.
Je laisse tomber.
Madame Fredo remonte sur la moto
et nous décidons de continuer la route pour voir.
Je me dis que le début est défoncé, mais que, par la suite, ça ira.

Un kilomètre plus loin, la piste est de plus en plus abimé.
Nos Italiens tracent la route comme qui rigole.
Je me conforte et me dis que ça va le faire.

Nous nous demandions pourquoi il y avait des propositions
de navettes 4x4 tout autour de l'entrée de la route.
Maintenant nous savons.
La piste est pleine d'ornières creusées par la pluie,
sans compter les champs de caillasses affleurants ou pas.

La chouette est malmenée.
Nous sommes chahutés de toute part à même
pas vingt kilomètres par heure.
Madame Fredo est plus silencieuse
qu'a l'accoutumé et c'est rien de le dire.
Je suis concentré et je cherche le meilleur parcours pour ne pas chuter.
Je me dis qu'il n'y en a pas pour longtemps.
Je m'engage au plus que ralentit dans une descente caillouteuse.
Je freine.
Si j'avance, encore, soit nous basculons,
soit le bloc moteur touchera en descendant la marche.
Je tire sur le guidon pour tenter de reculer la moto.
Madame Fredo m'informe qu'elle a peur.
Comme je la comprends!
Un faux mouvement de ma part ou de la sienne et nous sommes parterre.

J'arrive à dégager la roue avant et me jette dans la pierraille.
Ça secoue dans tous les sens. Je ne maitrise pas grand chose.
Je m'accroche au fait que, si j'hésite ou ralentis, c'est la chute assurée.

Ouf. Le champ de pierres est traversé.
Je cherche un coin plat.
Béquille.

WP_000665

On descend de la moto.
Nous tremblons.
Que faire?
Rebrousser chemin?

T'as p't'être autre chose à foutre que lire mes conneries.
Alors, je te raconte la suite plus tard pour ne pas te bouffer ta journée.

Posté par Thygo à 09:00 - Vacances à deux roues - Commentaires [ 3] - Permalien [ #]
Tags : , ,

Commentaires sur La traversée du désert... Corse (suite...)

    Roohh ! Le suspense ! Dis donc j'avais quand même un peu trouvé s'il y avait une marche ! ;D

    Posté par vivement, 11 août 2012 à 15:20 | | Répondre
  • ben c'est monnaie courante, la mer ça se mérite

    Posté par maevina, 13 août 2012 à 09:12 | | Répondre
  • @Vivement: Bon, mais il n'y a rien à gagner. Et puis t'es quand même pas très objective sur le coup quand même. lol

    @Mae: En Corse, tout se mérite.

    Posté par Thygo, 13 août 2012 à 11:19 | | Répondre
Nouveau commentaire