Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus ésotérique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 07/04/2021] --- Tout va bien, on coule normalement ---

23 juin 2012

Premier parcours de vélotaf avec flèzz bleue

Mes fidèles lectrices et un peu lecteurs doivent commencer
à en avoir un peu marre de mes histoires de vélos et aujourd'hui de vélomobiles,
mais c'est un sujet très heureux pour moi et une réelle découverte.

Ça y'est. 

Waw 10 est devenu flèzz bleue.
Je vous passe la description par le menu des transformations.
Z'êtes d'accord?

Oui.
Je crois que vous êtes toutes et tous d'accord.

Donc, jeudi, je me lance.
J'aime bien le jeudi.

Vers huit heure du matin, je me glisse dans mon nouveau véhicule.
Ça fait bizarre quand même.
Je claque les pédales à mes chaussures et c'est parti.

Tout de suite, je suis génè.
Mes genoux ont tendance à taper sur le haut
du cockpit et mon mollet droit frotte la carcasse.
C'est pas de bon augure pour les trente kilomètres à parcourir
dans la journée, mais c'est une première sortie sérieuse
alors je savais que tout ne serait pas bon.

Je passe le portail en me disant que je suis
quand même bien bas par rapport aux autos.

Sortie de mon impasse.
Je dois traverser la file de voiture qui attend le feu.
Un automobiliste bien pensant avait laisser la place pour passer.
(Et oui. Ça existe un automobiliste intelligent. Ben si! J'en ai vu un)
 Je dois traverser la file en tournant à angle
droit, sur la gauche pour être précis.
Figure toi, ami lecteur, que j'ai raté le virage.
Non. Je n'ai pas été bugner la file de caisses en attente,
mais il a fallu que je manœuvre pour prendre mon virage,
tant le rayon de braquage de flèzz bleue est faible. 

C'est pas bon, c'est pas bon.
Je note le problème.

Deuxième virage à angle droit, c'est bon.
J'ai retenu la leçon.

Le départ de chez moi a toujours été délicat.
En vélo couché, je me suis vautré la première fois. 

Même pas peur.

Première grimpette.
Le choix du plateau de 53 dents en remplacement
du 61 d'origine est-il un bon choix? 

Trop grand? Trop petit?

Aller. Silence je grimpe.
J'ai pas de repère.
Je tombe les braquets et je mouline.
Ça le fait.
C'est le bon choix.

Première ligne droite, un peu dégagé, mais très défoncé.
Une honte pour une ville comme ma ville.

Ça roule bien, mais c'est long à lancer.
Par contre, je ne laisse personne indifférent.
Au premier feu, une camionnette m'interroge.
(Son chauffeur hein! Pas le camionnette)

Tout le long du chemin j'aurai le droit à des sourires,
des p'tits coups de klaxon, des appels de phares, et des pouces levés.

Pas de moqueries pour l'instant.
Les enfants ont les yeux qui brillent.
Dés que j'en capte un, je klaxonne un petit coup.
Ils adorent ça et moi aussi.
Le vélomobile est un diffuseur de sourires.

Revenons au parcours.
Évidemment, je ne peux pas me faufiler comme avec le vélo couché,
mais c'est pas grave pour l'instant.
Je ne vais pas prendre de risque avec un engin que je ne connais pas. 

Deuxième grimpette sans encombre.
J'attaque une descente.
Ça accélère tout seul.
C'est fou.
Mais il faut freiner, il y a une priorité à droite en bas de la descente.
Et oui. Ça existe encore les priorités à droite.

Bref. Mes genoux et mes mollets cognent de partout,
c'est très pénible et décevant.
Si je ne trouve pas de réglages qui vont bien,
je ne pourrais pas garder flèzz bleue, c'est évident. 

Bon, mais le meilleur reste à venir.
J'arrive aux dernier quatre kilomètres du parcours.

Je me rappelle que, les premières fois que je les ai parcouru, je les détestais.
J'avais l'impression de ne pas avancer.
Il faut dire que je filais à l'époque, au moins a....
...une vingtaine de kilomètres par heure. 
Une vraie folie.

C'est parti.
Je prends le dernier virage super serré, fait 
il y a pas très longtemps, pour ralentir les autos.
C'est une vraie merde ce truc mais bon.

Voilà la première petite descente.
Waw 10 accélère.

25, 30.

J'appuie sur les pédales pour attaquer le plat.

35, 40, 43, 47.

Je ne force pas comme un âne.
Je mouline un peu vite, mais c'est tout à fait correct.
Je kiffe, même si je cogne un peu les jambes.

En bas de la mini cote je suis donc à 47km/h juste à la force des mollets,
que je peux maintenir sur le plat sans trop d'effort.

Je passe la bosse à 43km/h.
Ça redescent légèrement derrière.
Je pousse un peu.
J'atteinds les 50km/h.
Trop bien.

Me revoilà sur le plat a presque 52km/h.
Je vais maintenir 47km/h jusqu'a ce qu'il faille freiner pour prendre
le petit pont qui me fera passer la voie ferrée et qui me permettra
de terminer le kilomètre pour atteindre ma boite.

Ce kilomètre se terminera a une vitesse oscillant entre 35 et 40 km/h.
Me voilà arrivé. 

wawaut10

C'est drôle de voir un vélombile sous l'abrit
de ma boite au milieux des motos et des vélos.

Un collégue m'avait dit: "Le premier jour ou tu viendras avec ton suppo, je serai là".

Je n'avais pas posé les pieds au sol, qu'il déboulait avec deux autres collégues.
Ça m'a beaucoup plus.

J'ai donc répondu à toutes les questions et un peu aux sarcasmes aussi. 
Ça fait parti du jeu et j'aime bien ce genre de joute.

En fait, j'ai fait l'article pendant une demi-heure.
Les curieux ont défilé.

Ça a duré comme ça toute la journée.

C'était trés agréable d'entendre les commentaires de chacun.
Je n'ai pas fini d'en entendre.

Pour la petite info, en rentrant le soir,
j'ai fait quelques réglages qui me semblent améliorer les problèmes de jambes.

A suivre....

(Le premier qui soupire, je le vire.)
 

 

 

Posté par Thygo à 13:29 - Vélotaf - Commentaires [ 4] - Permalien [ #]
Tags : , , ,

Commentaires sur Premier parcours de vélotaf avec flèzz bleue

  • Tu peux continuer, je trouve intéressant de suivre ton expérience de ce surprenant engin !

    Tu parles de klaxon ? est-ce une simple sonnette de vélo ou est-il plus fort pour mieux se faire entendre ?

    Pour un tel engin que les automobilistes n'ont pas l'habitude de croiser, il n'y a rien (semble-t-il) permettant de montrer sa présence (un feu qui clignote, un drapeau fluo qui flotte.

    En été, n'as-tu pas peur d'avoir chaud à l'intérieur ?

    Posté par z..., 23 juin 2012 à 13:56 | | Répondre
  • Le klaxon est un klaxon plutôt efficace. La sonnette n'est pas assez puissante pour qu'un automobiliste fermé dans son blockhaus avec la radio puisse m'entendre.
    Dans les prochains jours, je vais monter une fanion. Je pense que c'est indispensable en ville. Des qu'on est plus à hauteur de voiture, ça devient délicat.
    Tous les vélomobilistes disent qu'en été c'est limite soutenable. Je verrai. Le plus du mien est le trou qu'il y a sur l'avant. Est-ce vraiment efficace? A voir.
    Merci pour l’intérêt que tu portes à l'affaire.

    Posté par Thygo, 23 juin 2012 à 14:21 | | Répondre
  • Waouh ! J'adooore !! Et non, non, je ne m'en lasse pas de tes articles sur le vélo je ne vais pas dire que je viens voir ton blog uniquement pour ça mais ça a beaucoup joué dans le fait que je revienne encore et encore aux nouvelles !
    Et donc, conclusion, c'est plus ou moins rapide que le vélo couché ?
    De toute façon si ça t'a permis de récolter plein de sourires, de petits signes et d'yeux qui brillent c'est l'essentiel !

    Posté par vivement, 24 juin 2012 à 11:32 | | Répondre
  • Merci pour ce compte rendu

    Posté par hms, 26 juin 2012 à 13:24 | | Répondre
Nouveau commentaire