Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus ésotérique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 07/04/2021] --- Tout va bien, on coule normalement ---

02 décembre 2010

Con sommation, ou le scoop de l'année.

Article tiré du 20 minutes du 30 novembre 2010:


Un rapport alerte sur la présence de pesticides dans nos assiettes

EXCLUSIF - Le nutritionniste Laurent Chevallier est à
Paris mercredi pour rendre publique une enquête sur le sujet...

Une quarantaine de pesticides et polluants différents dans chacun de nos repas.
Voilà ce qui est révélé par l’étude, rendue publique mercredi,
menée par Générations futures, qui travaille sur les dangers des pesticides.

Cette enquête s’inscrit dans le cadre d’une campagne
d’action sur les causes environnementales du cancer.
Elle porte sur les repas types d’un enfant d’une dizaine d’années.
«On a imaginé des menus en prenant en compte les recommandations sur les fruits et légumes,
mais aussi les goûters, explique Nadine Lauverja, de Générations futures.
Des analyses ont été réalisées par différents laboratoires pour rechercher des cancérigènes.»
Crise sanitaire

Le résultat est édifiant: jusqu’à quinze pesticides différents
dans le saumon ou encore, des pesticides hors réglementation européenne
dans les haricots verts et d’autres produits importés d’Asie et d’Afrique.

D’où cette question, posée par Laurent Chevallier, le médecin nutritionniste
montpelliérain responsable de l’alimentation au Réseau environnement santé
qui participe à l’enquête: «Que fait la répression des fraudes?
Il y a une carence évidente dans les contrôles.»
Il s’inquiète de la dégradation sanitaire qu’il observe:
«En 25 ans, les cancers ont doublé, avec une augmentation constante chez l’enfant.»

Et c’est sans compter la progression galopante du diabète, +40% en 10 ans,
ou les allergies, multipliées par 5 en 20 ans.
Autant de maladies chroniques qui peuvent trouver
leur origine dans la modification du métabolisme.

«Il faut se préparer à une crise sanitaire.
Les industriels profitent d’une législation mal adaptée,
notamment en matière d’additifs.»
Conservateurs et édulcorants seraient donc présents
en quantité très importante dans les aliments.
Mauvaises interactions?

Mais ce que redoute le médecin, c’est le cocktail explosif que représentent,
ensemble, tous les résidus de polluants, pesticides et additifs.
«Il est surprenant qu’il n’y ait jamais eu d’analyses sur ça.
On sait très bien qu’il ne faut pas mélanger certains médicaments,
pourtant. Là, c’est pareil.»

Et d’enfoncer le clou.
«Nos enfants seront inévitablement touchés par des perturbations endocriniennes,
qui a des incidences identifiées sur la reproduction, le métabolisme et le surpoids.»

Un nouveau signal d’alerte pour Laurent Chevallier qui, en 2008,
avait déjà brandi en premier la menace de la présence du bisphénol A
dans certains biberons en plastique.
Un produit dont l’Europe a interdit l’utilisation il y a une dizaine de jours.

Avec cette nouvelle découverte, Générations Futures et le
Réseau environnement santé espèrent interpeller les pouvoirs publics
sur «leurs lacunes» en termes de contrôles et d’étiquetage.
Caroline Rossignol



Si ça c'est pas de la découverte ça ?

Et puis, pourquoi ça changerait ?

Les industries agro-alimentaire et autres, surproduisent
en arrosant les produits avec un maximum de drogues
pour prendre un minimum de risques.

Les gens consomment cette merde ces produits.
Les industries s'en mettent plein les poches.

(Sans compter que ces produits là, ne tombent pas tout seul du ciel)

Forcément, toutes ces drogues détraquent
le consommateur naïf et confiant (Vous connaissez Kaa ?).
Des maladies plus ou moins graves se déclarent.
Que faut-il faire alors ?

Consulter.
Prendre des médicaments.
Qui font les médicaments ?

D'autres industries voyons.
Les pharmaciens ne sont pas des philanthropes.
La aussi ça se gave en veux-tu en voilà.

Si j'osais, je rajouterais que, par ce biais là, on effectue une certaine
sélection naturel et qu'on régulerait par la même occasion la démographie.

Mais non.
Je n'ose pas.
Alors, je ne le dis pas.

Argent, argent, argent.
Qui sont les perdants ?

Posté par Thygo à 07:00 - Les Colères - Commentaires [ 5] - Permalien [ #]

Commentaires sur Con sommation, ou le scoop de l'année.

  • depuis très longtemps ces poisons sont dénoncés mais faut bien manger, nous sommes tout simplement tenus en otages

    Posté par maevina, 02 décembre 2010 à 09:17 | | Répondre
  • Continues a faire ton pain pôpa.. Au moins on sait ce qu'il y a dedans.

    Posté par Fillette, 02 décembre 2010 à 14:13 | | Répondre
  • Mais ... pffffffffff

    Tenu en otage non, on peut trés bien faire autrement. faut arreter qui ne le sait pas fumisterie je dit et moi j'ose dire que oui c'est de la sélection programmé comme plein de choses qui paraisse bizarre dans le monde (tien d'ailleur le choléra à haiti ne vient pas de haiti on va pas me dire que c'est pas quelqu'un qui a amené ça par hasard sans le savoir mais bien sur) quand je voit les gens s'étonné ça me révolte. Mais à coté de cela, j'assume je mange des pesticides et j'en creverais peut etre tan pis faut bien mourir de quelque choses je vais pas me privé, C EST PLUS LE MOMENT D ABORD !!!!!!!!!!

    Posté par ton fils, 02 décembre 2010 à 19:54 | | Répondre
  • Il arrive même que ceux qui vendent les pesticides soient les mêmes que ceux qui vendent des médocs... hum, hum (cf Ba*er) !!

    Ben moi je continue à manger bio (et de saison et local, le plus possible). D'une part parce que si je peux m'éviter un cancer de ce côté là, ce ne sera pas mal (déjà que dans notre vie, les insecticides ont eu des conséquences... assez conséquentes) et d'autre part parce que ça me permet de faire vivre des producteurs d'ici (que je connais en vrai).

    Posté par Agnès, 02 décembre 2010 à 21:01 | | Répondre
  • Je trouve qu'on mange plutot saint nous, dommage que les footballeurs veulent nous oter nos légume bio de chez le petit producteur du coin.

    Posté par Fillette, 03 décembre 2010 à 23:49 | | Répondre
Nouveau commentaire