Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus ésotérique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 23/02/2020] --- GREAT NEWS: I'm back !

17 août 2010

Etape 7: Agde -> Deyme (Seconde partie)

La première partie de l'étape...

Une fois à la gare de Toulouse, il fallait rallier le camping
des Violettes quatorze kilomètres plus loin.

Nous pensions dix.
La journée avait déjà été bien remplit, mais il fallait encore rouler.

Jeter dans le capharnaüm de Toulouse, il fallait trouver notre chemin.
Nous fîmes un choix.

Le canal est en face de la gare.
Nous avons pris les pistes qui le longeait.
C'était étrange ces pistes.
La plupart sont des espaces partagés piétons/vélos pas trop bien indiqués.
Nous avions souvent la sensation de rouler sur de larges trottoirs,
mais, au bout du compte c'était plutôt agréable.

Et puis....
...bien entendu nous nous sommes trompés de direction...
...et nous avons atterris au bout du canal.

16072010312

Comme ça, nous aurons touché les deux extrémités de l’œuvre.
C'est plutôt satisfaisant, mais bon, avec tout ça, on a rajouter des kilomètres.

Aller. Demi-tour.
Nous repassons sur les ponts jumeaux.

16072010314

Les pistes à partir de Toulouse sont remarquables.
C'est une large bande de goudron bien entretenu.
Le hic, c'est que, sur une longue distance nous nous sommes trompés
de berges et la piste de ce côté là était très pénible.

Nous avons enfin réussi à prendre le bon côté, mais cette étape n'en fini plus.
La fatigue commence à se faire sentir (Oui. enfin Mae ;o) ).

Et puis, franchement, j'étais un peu inquiet du camping que nous allions trouver.
Il nous fallait du calme.
Nous avions besoin de nous ressourcer.

Nous avons quitté le canal un peu au pif.
Nous avons aperçu une pauvre pancarte "Camping".
Nous décidons de la suivre.

En fin de parcours, il nous faut rouler sur une national.
Et puis, la traverser pour accéder a notre potentiel oasis.
Pas top le coin.

De toute façon, nous n'avons pas le choix.
Ras le bol de la journée.
Notre seule envie est de nous poser après
ces quarante deux kilomètres de vélo épuisant,
sans compter le merveilleux voyage en train.

Nous pénétrons sur le terrain de camping "Les violettes".

Nous sommes accueillis par le propriétaire des lieux.
Un homme jovial d'une cinquantaine d'année.
Oui. J'ai bien dit accueilli.

L'homme nous demande dix euros quarante.
Vous avez bien lu.
Dix euros et des petites brouettes.

De plus, il nous a accompagné.
Nous a montré une bande de terre herbeuse à souhait et
nous a proposé de nous poser là ou nous le souhaitions.

16072010316

Comme je ne suis jamais satisfait, je demande à notre homme
combien il m'en coûterait pour avoir l'électricité.
Sa réponse fût:
- Mais vous voulez brancher quoi ?
- Un portable.
- Non, ben. C'est bon. Je ne vais pas vous faire payer pour ça.

C'est pas le kiffe ça ?

Nous resterons le lendemain.
Nous en avions bien besoin.

Fin de l'étape éreintante du jour.

Une douche.
Un repas au petit restaurant attenant au camping.
Bonne bouffe.
Bien reçu.
Addition très correcte.

La proximité de la national et les gens qui étaient là,
m'ont fait penser au film Bagdad café.
Allez savoir pourquoi.

L'étape suivante...

Posté par Thygo à 08:27 - Vacances à deux roues - Commentaires [ 5] - Permalien [ #]
Tags : ,

Commentaires sur Etape 7: Agde -> Deyme (Seconde partie)

  • je compatis pour les mésaventures
    mais je ne peux effacer les plaisirs que j'ai eu à te lire et imaginer ...
    mais bon, je pense qu'il en est de même pour vous deux . le détour nous vaut deux photos fort belles de plus ... et la découverte qu'un camping arboré, accueillant et plein d'autres qualités.
    il mériterait que tu le cites expressément ;
    pub bien méritée, et tu ferais mentir l'adage de nos braves économistes selon lesquels une personne insatisfaite en parle à 11 personnes (minimum) tandis qu'une personne satisfaite n'en parle qu'à 3 !!

    Posté par Magali, 17 août 2010 à 09:00 | | Répondre
  • gniark !!! enfin vous êtes fatigués !!! non mais !!! moi qui le suis lorsque je vais au bout du jardin, je suis ravie !! Non sans rire, le train et les tracas sont plus épuisants que le pédalage en plein air ! Y a pas gand monde das ce camping, étonnant !

    Posté par maevina, 17 août 2010 à 09:50 | | Répondre
  • Soyons clair. Cette étape a été éprouvante, mais pas trop désagréable quand même. Nous avions garder le sourire et l'envie.

    @Magali: Content que quelqu'un prenne du plaisir en lisant mes notes. Tu as raison. Je n'ai pas assez cité ce camping, mais il n'a pas de site internet propre. Tant pis. Je vais quand même en mettre un.

    @Mae: Méchante. C'est vrai que, quand nous sommes arrivé, il n'y avait pas grand monde. En fin d'après midi, ça s'est rempli. Il est arrivé du monde jusqu’à 22h au moins, dont pas mal de cyclistes, et presque tous les emplacement ont été occupé. Ce camping est un camping de passage je crois. On a pu y voir des caravane installé pour la saison aussi.

    Posté par Thygo, 17 août 2010 à 10:12 | | Répondre
  • ouf contente que cela se finisse bien, car j'ai vraiment cru qu'il y avait eu pire.

    Mae, Toulouse est pas bien touristique, en un ou deux jours tu as fait le tour de la ville; c'est vraiment une étape d'un séjour dans la région...

    Posté par Flo, 17 août 2010 à 16:37 | | Répondre
  • J'imagine très bien comment vous avez dû être contents de trouver ce sympathique camping après une telle étape !!!
    L'électricité gratuite, ça, c'est vraiment sympa !
    Euh...pis, moi aussi je prends plaisir à lire tes notes ! ;o)

    Posté par vivement, 17 août 2010 à 23:27 | | Répondre
Nouveau commentaire