Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus écologique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 07/04/2016] --- RACINES: Elle s'en est allée en novembre 2016 et je ne m'y fais pas. -- DIPLÔME: En route pour être apprenti géobiologue en mai et maitre Reiki en juillet. ---

11 avril 2008

Risques et difficultés du rasage au coupe-chou

Oui. Je sais.
Le thème est un peu récurrent ces temps-ci,
mais on me pose beaucoup de questions.
Alors, je tente de faire partager ma petite expérience puisque ça intéresse.

La principale difficulté du coupe-chou est de réussir
à effectuer un grand nombre de gestes de façon très précis.

D'abord, l'affutage.

Pour que le sabre coupe, il faut l'affuter.
Pour ma part, j'affute mon couteau sur une lanière en cuir
(Oui,oui. Comme dans les westerns).

Déjà, là il faut un geste technique, précis et répété à chaque rasage.
Si cette action n'est pas bien faite, votre rasoir ne rasera pas même
si votre coutelier vous l'a aiguisé dans les règles de l'art.
Ce geste s'acquiert au fil du temps.

Ensuite, il faut préparer la peau.
Ça ce n’est pas ce qu'il y a de plus difficile.
Bien laver le visage.
Le détremper le plus possible pour que le poil soit souple.

Puis, vient le moment d'appliquer la mousse à raser.
Là encore, il n'y a pas trop de difficulté,
mais il faut quand même respecter le protocole.
Il faut un bon blaireau, ce que je n'ai pas encore.
Le blaireau, il n'y a rien de mieux pour étendre un bon savon
(pas les bols de savon vendus en grande surface hein!
un bon savon un peu plus cher, mais bien plus efficace et agréable).

Enfin, voici le moment du rasage.
Ça reste la partie la plus technique.

Pour réussir un bon passage sur une partie du visage,
il est impératif de :

1. trouver la façon dont il faut tenir le coupe choux.
2. trouver le bon angle d'attaque.
3. trouver la bonne pression de la lame sur la joue.
4. appliquer le bon geste pour faire "ce" passage.

Si un de ces points n'est pas respecté, il y a deux issues possibles.

1. le passage n'a servi à rien et ça n'a pas rasé.
Mais là, ça peut aussi être dû à une mauvaise
préparation de la peau ou a un mauvais affutage.
Il faut trouver les règlages.

2. La coupure. Souvent la coupure se produit, car la lame
n'est pas menée perpendiculairement au visage.
Essayez de couper un rôtie en appliquant une pression
de haut en bas sur le couteau, il ne se passera rien.
Si vous effectuer un geste de va-et-vient sur le rôtie :
ça coupe c'est imparable.
Pour le coupe-chou c'est pareil.

Dans les deux points du dessus, je ne vous ai parlé que d'un seul et unique geste.
Il faut en répéter au minimum 14 pour la le premier passage dans le sens du poil,
puis au minimum 14 autres dans l'autre sens.

Au début de la séance, on est concentré et appliqué.
Au fil du temps, on perd cette application.

Les choses se compliquent lorsqu'il faut attaquer le dessous du nez et le menton.
Ce sont les parties les plus délicates à traiter.
En règle général, on rate plus ou moins le premier passage.
Ça énerve.
Et c'est là l'erreur.

Si vous êtes agacé et que vous attaquez le deuxième passage
à rebrousse-poil, c'est sûr vous aller droit à la coupure.

Si on respecte le protocole, le menton et le dessous du nez sont traités en fin de parcours.
À la fin de la séance, je suis passablement agacé parce
que je n'y arrive encore pas à 100% même dans les passages faciles.

Alors, souvent, pour éviter la véritable catastrophe,
je fais ce deuxième passage à ces endroits là avec mon rasoir classique.
Je sais. C'est pas bien. Mais ça m'évite de me saigner.
Lorsque je maitriserais un peu plus, j'irais jusqu'au bout.

La toute première difficulté de cette discipline est d'arriver
à poser une lame ultra coupante sur une jolie joue bien dodue et bien tendre sans trembler.

Les maîtres mots dans cette discipline c'est patience et précision.

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'il faut du temps pour
arriver à un rasage acceptable avec le coupe-chou.

Un conseil : Si vous êtes médiocres ne tentez pas l'aventure.

La suite...

Posté par Thygo à 08:10 - Le fil de l'eau - Commentaires [ 8] - Permalien [ #]

Commentaires sur Risques et difficultés du rasage au coupe-chou

    Juste une petite précision ...

    Bonjour et merci pour ces commentaires utiles pour moi qui souhaite me lancer dans cette "grande aventure" que j'ai vécue en spectateur quand mon père m'emmenait avec lui chez le coiffeur.
    Mais je parle d'un autre siècle ! Lol.

    La précision utile est grammaticale : un rôti est bien plus correct que "rôtie" qui ne s'écrit ainsi qu'au féminin.

    Bref pas de quoi fouetter un chat, mais tant qu'à faire un blog visible de tous (la preuve) c'est tellement mieux en français.

    Allez souriez ! Vous êtes filmé ...

    gabriel.

    Posté par Gabriel, 23 septembre 2008 à 23:21 | | Répondre
  • Le rasage du temps retrouvé

    "Les maîtres mots dans cette discipline c'est patience et précision."

    Tout à fait d'accord, un apprentissage long et parfois douloureux mais qui vous fait retrouver le goût du temps, pour le rasage, l'entretien du rasoir...

    Posté par CoupeCHoux.com, 20 mars 2009 à 23:18 | | Répondre
  • (soupir !!! ) oui j'ai décidé de me lancer , j'en suis fier, mais aussi je me demande si je n'ai pas eu tort !! ça fait 2 mois que je termine mon rasage en étant ....à peu près satisfait......et une heure après j'ai l'impression d'avoir rien fait .......continuons sur cette voie, lol, je devrai y arriver.....j'espère .....et je vous le souhaite à vous aussi .....débutant à 67 ans .....

    Posté par cathares974, 27 décembre 2014 à 16:16 | | Répondre
    • Les secrets du rasage au coupe choux sont la patience et l'entretien permanent de son outil. Ne jamais hésiter à affûter le coupe chou. Avec l'expérience je peux dire que le cuir ne suffit pas. Normalement sur une raquette il y a deux face: Une sur laquelle on met de la pâte abrasive et l'autre, le cuir. A chaque rasage il ne faut pas hésiter à utiliser les deux faces. Une centaine de passage sur le coté pâtes, une centaine de passage sur le côté cuir. Pas besoin de forcer comme un malade. Sept ans de coupe choux et j'en apprends encore. Difficile de faire parfait tout de suite. Bon courage. Bonne continuation.

      Posté par Thygo, 30 décembre 2014 à 08:20 | | Répondre
  • merci pour tes encouragements, j'habite à la Reunion et on trouve très facilement de jolis morceaux de bois d'aloès , ( sur certaines raquettes également) je passe sur le bois en 1er et le cuir en suivant, je suis amateur de couteaux et sait très bien affuter un couteau.........lol, mais un rasoir c tout autre chose c loin d'être évident, mais comme tu dit, avec de la patience et du temps, bonne fin d'année

    Posté par cathares974, 30 décembre 2014 à 10:12 | | Répondre
    • Mais c'est que je suis lu à jusque dans les îles!!! C'est trop bien. Bonne fin d'année à toi aussi.

      Posté par Thygo, 30 décembre 2014 à 10:18 | | Répondre
  • et oui !!! c'est le merveilleux côté du net, le même pâté de maison ou 10000 km c'est la même chose, l'echange est possible, bonne continuation, à très bientôt certainement, cordialement

    Posté par cathares974, 30 décembre 2014 à 10:23 | | Répondre
  • Bonjour et merci pour tes conseils. J'aimerais raser les contours de ma barbe avec un coupe-chou et vu tes mises en garde, je pense faire que les joues au départ Je vais rester avec un rasoir de sureté pour le cou ^^

    Posté par Quebellissimo, 07 mars 2017 à 23:49 | | Répondre
Nouveau commentaire