Le fil de l'eau

Ma vie bascule doucement vers une vie plus ésotérique. Je vous en parle entre autres sujets plus inintéressants les uns que les autres. Et surtout, mettez-y votre grain de sel. Pour retenir l'adresse de ce site http://www.le-fil-de-l-eau.fr

ÉDITION SPÉCIALE [maj 23/02/2020] --- GREAT NEWS: I'm back !

18 mai 2007

La recette, presque parfaite, de mes yaourts

Si vous en avez manqué un bout...

Après moult tâtonnements,
je peux dire que j'ai, enfin, trouvé, la recette de base me convenant,
pour la fabrication de mes yaourts maison.

J'ai appris qu'il ne suffisait pas d'avoir les bons ingrédients
pour que la recette soit bonne.
Il faut aussi avoir la façon.
C'est en fait, la base de la cuisine
(ben je découvre la vie quoi !).

Les ingrédients de bases ne changent pas.
C'est les mêmes depuis le début.

Donc, on part avec:

Un litre de lait.
J'ai fait le test avec du lait soit entier,
soit demi-écrémé, longue conservation.
Le résultat est le même.

Un yaourt nature.
Là encore, pas de différence entre un nature
"La yaourtière" où un "Activa".

Un verre de lait en poudre.
Encore une fois, j'ai fait le test avec du lait en poudre
demi-écrémé ou écrémé et là encore ....
enfin, vous m'aurez compris.

Mes enfants se plaignaient de l'amertume de ces yaourts alors,
à présent, je rajoute du sucre en poudre.
Dix cuillères à café pour un litre de lait.

Je crois que le secret réside dans la préparation
et moi je procède comme ça:

Je verse le lait dans un saladier.
J'y ajoute le sucre et le lait en poudre.
Je bats le tout avec un fouet à main.
Il ne faut surtout pas lésiner sur cette étape.
Il faut que la préparation soit bien homogène.
Le risque de ne pas assez mélanger,
c'est que le lait en poudre ne soit pas dissout correctement
et remonte à la surface lors de la phase de repos.
Son rôle à lui c'est de bosser la fermeté du yaourt.
J'en prélève la moitié que je fais bouillir.
Je mélange le lait bouilli avec le lait froid.

Je mets mon doigt dans le saladier.
(oh, éh. Faites pas vos dégoûtés. Je suis sûr que vous faites pareil).
Si je peux le laisser au moins dix secondes, j'ai la bonne température.
Si je me brûle, c'est trop chaud.

Cette étape est très importante.
Elle est fondamentale pour que les ferments fassent bien leur travail.

Je verse le yaourt dans la préparation
et je mélange bien au fouet.
Il faut aussi insister sur cette étape
pour que le yaourt nature soit bien dissous
et ensemence bien le mélange.

Je charge mes petits pots avec le mélange.
J'ai pris pour habitude de faire moitié de nature,
moitié d'aromatisé.

Pour aromatiser la moitié restante, j'ai testé la vanille et le citron.
Je vous passe la confiture et dernièrement,
la compote de pommes à la cannelle maison.

Pour le citron, une cuillère à café
d'huile essentielle de citron est parfait.
Pour la vanille, une cuillère d'arôme de vanille
dans le mélange c'est pas mal aussi.

Pendant tout ce temps, ma cocotte est montée en pression,
avec quelques centimètres d'eau en sont for intérieur
et tourne depuis au moins trois minutes.

Vite fait, je l'arrête.
Je la laisse souffler.
Je l'ouvre.
Je la vide.

Je dépose les neuf pots produits dans la cocotte.
Je ferme bien celle-ci.

Je la glisse dans mon four éteint.
J'ai le sentiment que ça garde un peu plus longtemps la chaleur.
Je laisse ça, comme ça, toute la nuit.

Le lendemain matin, je bouche chacun des pots avec un couvercle
et je les mets au frigo.

Voilà. Ils sont prêts à être consommés,
je dirais, deux heures plus tard.

Tous ces actes m'ont pris,
en tout et pour tout, un quart d'heure.

Maintenant vous savez tout.

Faire ses yaourts, sois même, pose un grave problème.
Comme ils sont vraiment bons, les enfants les dévorent
et je dois me mettre à l'ouvrage entre deux et trois fois par semaine.

Enfin, je dis les enfants, mais ils ne sont pas tout seuls ;o)

Suite et fin provisoire...

Posté par Thygo à 12:31 - Econologie - Commentaires [ 0] - Permalien [ #]
Tags :

Commentaires sur La recette, presque parfaite, de mes yaourts

Nouveau commentaire